cadre de vie

De l’eau sous le pont…

← retour

La N79 franchit le Suchet, petite rivière de la région de Montmarault. Le passage à 2 x 2 voies de ce tronçon nécessitait de mener des travaux pour assurer l’écoulement du ruisseau. APRR a souhaité aller plus loin et a apporté des améliorations écologiques et hydrologiques pour le cours d’eau. Sylvain Durendeau, responsable environnement d’aménagement de l’échangeur pour la maîtrise d’œuvre Ingerop, fait le point sur cette réalisation.

La Rédaction : Comment le Suchet franchissait-il la N79 avant les travaux ?

Sylvain Durendeau : Le Suchet coulait dans une buse béton de 1,2 m de diamètre : du nord au sud, il passait sous la RN, tournait pour longer la D945 dans un fossé bétonné avant de franchir la D945 par une autre buse. Autant dire que la continuité hydrologique n’était pas assurée et que l’écoulement n’était pas optimal, d’autant plus que ces buses n’étaient pas suffisamment dimensionnées pour assurer la crue centennale.

LR : Dans le cadre du passage à 2 x 2 voies de la N79, comment a été traité le franchissement du Suchet ?

Sylvain Durendeau : Dans le cadre des études hydrauliques et environnementales, un ouvrage d’art a été retenu de dimensions significativement plus importantes (2,5 m x 2,5 m) que la buse précédente. Il dispose d’une banquette pour le passage de la petite faune et le lit du cours d’eau sera reconstitué à l’intérieur de l’ouvrage.

Surtout, nous n’avons pas limité cette installation à la N79. Nous l’avons prolongée sous la D945. Ainsi, la continuité est assurée et nous supprimons ce coude que faisait le cours d’eau entre les deux routes. L’écoulement et la transparence hydrauliques sont améliorés.

LR : Quels sont les avantages écologiques apportés par ce nouvel aménagement ?

Sylvain Durendeau : Le principal concerne l’écoulement et le rétablissement du lit de la rivière. Il permettra la continuité piscicole, même en période estivale de basses eaux. Le passage en banquette pour la micro et la méso-faune terrestre (hérisson, mustélidés, lapin, micromammifères…) est aussi important. En plus, cette liaison sous les routes va permettre de relier deux zones écologiques qui sont mises en valeur dans le cadre du projet. En amont, il existe une zone humide qui bénéficiera de l’écoulement du cours d’eau pour la mobilité de la faune notamment. En aval, dans le cadre d’une mesure compensatoire, la restauration du cours d’eau permet son expansion sur une zone retravaillée et favorise donc le développement d’une zone humide avec la reconstitution de la ripisylve du cours d’eau.

Enfin, il ne faut pas oublier que le bassin de rétention existant sur la N79 est repris et amélioré dans son fonctionnement (réfection du bassin et de son ouvrage d’entrée et de sortie). Il sera plus efficace en cas de pollution accidentelle et permettra donc de protéger le milieu récepteur.